Nous suivre sur les réseaux sociaux

à lire en plus

Interview. Alain Damasio, l’écrivain d’une science-fiction révoltée

Publié il y a

le

On ne présente plus Alain Damasio, aujourd’hui devenu l’un des plus grands noms de la science-fiction française. Né en 1969, à Lyon, il met un terme à ses études dès l’âge de 22 ans, s’isole pour lire Nietzche, Deleuze, Spinoza, et prend la plume à son tour. À la fois poétiques et politiques, ses écrits sont signés d’une plume vive et incisive. Au fil des pages et empruntant mille chemins de traverse, son imagination débridée ramène le lecteur à l’humain, à ce qui fait sa force et à ce qui constitue son lien avec l’autre. Écrivain engagé, Alain Damasio fait la part belle aux révoltes intérieures et extérieures. En plus du célèbre recueil Aucun souvenir assez solide et de nombreuses autres nouvelles, on peut relever deux grands romans à son actif : La Zone du Dehors (2001) et la Horde du Contrevent (2004), publiés chez La Volte, sa maison d’édition. Il a également rédigé le script du jeu vidéo Remember Me (2013), développé par Dontnod Entertainment. Son troisième roman, « Les Furtifs », est à paraître prochainement.

Vous avez écrit deux romans, La Zone du Dehors et La Horde du Contrevent. Est-ce que ces œuvres ont quelque chose en commun ?

Non, ce sont des romans très différents. La Zone du Dehors est un roman d’anticipation politique qui tente de montrer ce que vont devenir nos sociétés de contrôle. C’est une sorte de 2084 qui interroge ce qui va se passer si la société continue d’être aussi normalisée, aussi soi-disant sociale-démocrate, mais qui, en fait, passe son temps à nous à nous tracer, à nous fliquer. C’est aussi une réflexion sur nous-même, qui nous entre-fliquons en permanence aux moyens des nouvelles technologies. Donc, dans le roman, il y a un groupe révolutionnaire, La Volte, qui essaye de faire prendre conscience aux gens de ce qui se passe dans ce monde.

La Horde du Contrevent est un livre-monde qui se déroule sur une planète où un vent permanent extrêmement violent souffle dans un seul sens. Et ça raconte l’histoire d’un groupe de 23 individus qui remonte le vent jusqu’à sa source. Donc c’est plus une quête à la fois collective et individuelle, face à la spiritualité intérieure qu’on a tous et qui est liée, ici, au vent. Chacun a une force vitale en lui, qui s’appelle le vif, et qui fait motricité.

Ces thématiques du contrôle, du lien et même de la vitalité avec la métaphore du vent, sont-elles des supports pour vous afin de traiter des enjeux contemporains ?

Oui, complètement. J’ai toujours revendiqué une écriture très politique, très engagée. Je suis même entré en écriture pour porter certaines valeurs, un certain combat pour des forces de vie face à tout ce qui les emprisonne, les édulcore, les anesthésie, les délave. Je pense qu’on est dans un monde très dévitalisant sous ses apparences de quiétude et de tranquillité. C’est un monde qui nous enferme dans des techno-cocons très épais et qui nous fait perdre en intensité et en vitalité. Je réfléchis beaucoup autour de ça et me situe vers les milieux de l’extrême-gauche qui, à mon sens, porte cette vitalité-là.

Pensez-vous que la science-fiction peut-être un vecteur privilégié de réflexion politique et de critique de la société ?

La science-fiction est le genre le plus libre de tous, qui permet tout. En science-fiction, on peut faire de l’anticipation, de la sociologie, de l’anthropologie. On peut déformer les niveaux de réalité, parler de planètes exogènes, confronter l’homme au robot, etc. C’est un genre qui autorise à peu près tout. Donc, naturellement, quand on veut bâtir des sociétés futures, des dystopies, des utopies, on se tourne vers la SF, car elle offre cette possibilité-là. Je ne pourrai pas le faire en polar, ni en littérature blanche. Je n’ai pas choisi la science-fiction, c’est elle qui m’a choisi, parce que c’était un champ suffisamment neuf et ouvert pour ça.

La science-fiction interroge beaucoup la science, mais n’est-ce pas au final une façon d’interroger l’humain ?

Oui, je pense qu’aujourd’hui la science-fiction vit un âge d’or parce que nous sommes dans une société anthropotechnique, où l’être humain se construit et se constitue par la technique. Nous n’avons jamais été aussi technologiquement développés. Le fait technique, le fait machinique, n’a jamais été aussi présent à tous les moments de la vie quotidienne. Pour moi la science-fiction est un art qui interroge le rapport que l’Homme entretient avec la technologie, et la façon dont elle modifie notre rapport à nous-même, aux autres et au monde. Tout est interfacé par la technologie. Quand un nouveau paradigme technologique arrive, comme Internet, le smartphone, les intelligences artificielles, etc., c’est au cœur du travail et des enjeux de la SF d’essayer de percevoir en quoi cela va modifier la façon dont on vit ensemble, dont on séduit, dont on joue, dont on pense, dont on travaille…

Dans vos ouvrages, vous abordez également beaucoup la question du langage. C’est le cas à travers du personnage de Caracole, et des matchs de rhétorique dans La Horde du Contrevent, ainsi que dans votre nouvelle Les Hauts® Parleurs®. Qu’est-ce qui vous intéresse particulièrement dans cette thématique ?

À partir du moment où l’on choisit un art – et moi j’ai choisi la littérature – il me paraît absolument indispensable d’utiliser cette forme dans toute son étendue. Le langage possède des potentialités énormes d’un point de vue stylistique (conduite de récit, syntaxe, phonique, phonétique), mais aussi d’un point de vue purement charnel : les voyelles et les consonnes portent des dimensions physiques que le lecteur ressent inconsciemment quand il lit. Cela paraît évident, à partir du moment où on empoigne un art donné, d’essayer de l’utiliser dans toute sa force, dans toute sa potentialité. Cela aboutie parfois à des jeux et de la virtuosité autour du langage. C’est le plaisir propre au fait d’écrire. Si j’étais musicien, je pense que je jouerais aux limites des cordes, je jouerais avec des guitares à 12 cordes ou à 3 cordes, ou en jouant avec les dents… en tout cas, j’essayerais d’exploiter au maximum ce que le support permet. Pour moi c’est le langage, donc j’y vais à fond.

Image de couverture de "La horde du contrevent", de Alain Damasio

Image de couverture de « La horde du contrevent », de Alain Damasio

Votre propre langage, votre style d’écriture, diffère énormément d’une nouvelle ou d’un roman à l’autre. Y-a-t-il un « style Alain Damasio » ?

Oui, je pense qu’il y a un style très reconnaissable. Quand ils tombent sur un texte, les lecteurs me disent qu’ils reconnaissent au bout de quelques lignes. Je pense qu’on laisse une emprunte presque bio-dynamique dans ce qu’on écrit. Sans s’en rendre compte, on a un rythme intérieur que l’on sent dans la syntaxe. C’est souvent elle qui va déterminer le style d’un auteur. Il y a des syntaxes en percussion, des syntaxes qui ont tendance à placer la puissance de la phrase à la fin, des syntaxes plus plates, d’autres plus ondulantes. Quand on est écrivain, on reconnaît un style assez vite, car on reconnaît cette empreinte biologique de l’auteur, qui correspond à sa rythmique intérieure. Je pense avoir moi-même ma rythmique. J’ai un style assez percussif, une tendance à obstruer la phrase et à la libérer à la fin. Il y a des choses reconnaissables et qui m’échappent un peu. Après, il y a aussi beaucoup de jeux phonétiques, de travail avec les assonances. Une sorte d’homogénéité dans le travail des voyelles, des consonnes, etc. Des choses comme ça que quelqu’un va pouvoir discerner à l’œil et surtout à l’oreille.


Aucun souvenir assez solide, Alain Damasio
Folio SF
8,20€

Une cité de phares noyée par des marées d’asphalte où la lumière est un langage. Une ville saturée de capteurs qui dématérialise les enfants qui la traversent. Un monde où la totalité du lexique a été privatisée. Un amant qui marche sur sa mémoire comme dans une rue… En dix nouvelles ciselées dans une langue poétique et neuve, Alain Damasio donne corps à cet enjeu crucial : libérer la vie partout là où on la délave, la technicise ou l’emprisonne. Redonner aux trajectoires humaines le sens de l’écart et du lien. Face aux hydres gestionnaires qui lyophilisent nos cœurs, l’imaginaire de Damasio subvertit, perfore les normes et laisse à désirer. C’est un appel d’air précieux dans un présent suturé qui sature.

 


La Horde du Contrevent, Alain Damasio
Folio SF
11,20€

Un groupe d’élite, formé dès l’enfance à faire face, part des confins d’une terre féroce, saignée de rafales, pour aller chercher l’origine du vent. Ils sont vingt-trois, un bloc, un nœud de courage : la Horde. Ils sont pilier, ailier, traceur, aéromaître et géomaître, feuleuse et sourcière, troubadour et scribe. Ils traversent leur monde debout, à pied, en quête d’un Extrême-Amont qui fuit devant eux comme un horizon fou. Expérience de lecture unique, La Horde du Contrevent est un livre-univers qui fond d’un même feu l’aventure et la poésie des parcours, le combat nu et la quête d’un sens profond du vivant qui unirait le mouvement et le lien. Chaque mot résonne, claque, fuse : Alain Damasio joue de sa plume comme d’un pinceau, d’une caméra ou d’une arme…

 


La Zone du Dehors, Alain Damasio
Folio SF
11,20€

2084. Orwell est loin désormais. Le totalitarisme a pris les traits bonhommes de la social-démocratie. Souriez, vous êtes gérés! Le citoyen ne s’opprime plus : il se fabrique. À la pâte à norme, au confort, au consensus. Copie qu’on forme, tout simplement. Au cœur de cette glu, un mouvement, une force de frappe, des fous : la Volte. Le Dehors est leur espace, subvertir leur seule arme. Emmenés par Capt, philosophe et stratège, le peintre Kamio et le fulgurant Slift que rien ne bloque ni ne borne, ils iront au bout de leur volution. En perdant beaucoup. En gagnant tout. Premier roman, ici réécrit, La Zone du Dehors est un livre de combat contre nos sociétés de contrôle. Celle que nos gouvernements, nos multinationales, nos technologies et nos médias nous tissent aux fibres, tranquillement. Avec notre plus complice consentement. Peut-être est-il temps d’apprendre à boxer chaos debout contre le swing de la norme?

Continuer la lecture
Cliquez ici pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

à lire en plus

Marc Roux : « Vous pouvez trouver des interprétations du transhumanisme à travers n’importe quel filtre politique »

Entretien avec Marc Roux, porte-parole de « Technoprog », l’Association française transhumaniste.

Publié il y a

le

Dans le numéro 1 de notre revue, nous avons longuement évoqué, dans la quatrième partie, les aspects politiques du mouvement transhumaniste. Nous vous avons notamment proposé un entretien avec Mathieu Gosselin, porte-parole du TPUK, le Parti transhumaniste britannique. D’autres intervenants tels que Natacha Polony, Alain Damasio, Charles Stross, Raphaël Granier de Cassagnac et Mathieu Terence venaient alors contrebalancer cette approche avec des points de vue critiques, participant à une pluralité de visions sur le contenu et les conséquences de cette philosophie. Sur notre site internet, le débat se poursuit.

Au cours des café-débats et via les réseaux sociaux, de nombreux lecteurs et nombreuses lectrices nous ont demandé ce qu’il en est au sujet de la place du transhumanisme en France, chose assez peu abordée dans l’enquête. Il s’avère que, oui, il existe bel et bien une organisation transhumaniste dans l’hexagone : l’Association Française Transhumaniste, ou « Technoprog ». Dans l’interview qui va suivre, Marc Roux, porte-parole, nous en explique les particularités.

Quelle est la vision du transhumanisme défendue par Technoprog ?

Dans la nébuleuse transhumaniste, l’AFT se distingue parce qu’elle met au premier plan les questions sanitaires, environnementales et sociales. Association française transhumaniste, Technoprog se revendique entièrement comme transhumaniste, mais, comme l’indique son nom, elle se rattache plus particulièrement au courant que nous nommons « technoprogressiste ». Ce qui ne signifie pas qu’elle souhaite le progrès technique à tout prix mais qu’elle rappelle que nous devons nous appuyer aussi sur la technique si nous voulons aller vers un progrès qui n’a de sens que lorsqu’il est un progrès humain.

En quoi se distingue-t-elle éventuellement des autres approches transhumanistes ?

La pensée transhumaniste est perpendiculaire à la pensée socio-politique traditionnelle. Ceci signifie que vous pouvez trouver des interprétations du transhumanisme à travers n’importe quel filtre politique. Les progressistes, par définition, rejettent les interprétations conservatrices et d’extrême-droite, mais ils se différencient également du courant libertarien qui a sans doute influencé le mouvement à ses débuts. Plus concrètement, ils estiment que notre évolution transhumaniste devra être régulée, qu’elle devra respecter la solidarité sociale, et que, pour cela, un investissement important des institutions publiques est déjà nécessaire.

Le transhumanisme est-il différent de l’eugénisme, l’une des grandes inquiétudes souvent évoquées concernant ce mouvement ?

La différence principale réside peut-être dans le fait que le mouvement transhumaniste démocratique contemporain trouve l’une de ses valeurs centrales dans la liberté individuelle de disposer de son corps. Il n’y a donc aucune visée globalisante, aucune prétention à dire par avance si une évolution biologique donnée serait valable pour tout le monde. Il n’y a pas de politique transhumaniste prévoyant un programme eugéniste. Par exemple, des pratiques totalitaires se référant au transhumanisme entreraient en contradiction complète avec les valeurs affirmées par les promoteurs du mouvement international depuis sa fondation. L’objectif n’est pas d’abord d’améliorer l’espèce humaine dans son ensemble mais d’élargir le champ des possibles et les choix accessibles pour le plus grand nombre.

Quels sont selon vous les enjeux sociaux et politiques que pose le transhumanisme ? Quel modèle de société ce mouvement peut-il apporter ?

Le transhumanisme n’est d’abord que la traduction de la prise de conscience que nous sommes maintenant en mesure d’orienter délibérément notre évolution biologique, individuellement et collectivement. Il n’est pas porteur d’un projet de société particulier a priori. Ce sont des choix politiques qui nous orienteront sur l’une ou l’autre des perspectives qu’il ouvre.

Cela dit, s’appuyant sur des technologies susceptibles de bouleverser nos sociétés, il pose des questions existentielles, et parfois vertigineuses. Il est difficile de toutes les énumérer. Je ne vais en citer que quelques unes et n’en développer brièvement que trois :

  • Ces technologies seront-elles accessibles à tous ? Au plus grand nombre, ou seront-elles réservées à quelques uns ? Les technoprogressistes souhaitent rendre possible leur accès à tous ceux qui le souhaiteront. Comment y parvenir ? Cela serait-il envisageable d’emblée ou progressivement ? À quelle vitesse ? etc.
  • Tous les transhumanistes considèrent comme souhaitable un allongement considérable de la durée de vie en bonne santé, une victoire même sur la maladie et le vieillissement (ou amortalité), voire la possibilité d’un rajeunissement. Une telle évolution devrait avoir pour conséquence à long terme une baisse généralisée de la démographie mondiale ainsi qu’une baisse de la part des plus jeunes en âge dans la population. Ce mouvement démographique poursuivrait celui déjà engagé dans les pays les plus industrialisés depuis plus d’un siècle. Il aurait pour effet un renouvellement des génération encore plus lent. Les conséquence sociales et politiques d’une telle évolution pourraient être aussi nombreuses et importantes que toutes celles qui ont eu lieu aux XIXe et XXe siècle, alors que nos populations voyaient leur espérance de vie à la naissance être multipliée par trois et la part des jeunes passer de 50% à 25%.
  • Notre rapport à la procréation devrait être considérablement modifié. Parallèlement à la procréation sexuée essentiellement aléatoire, des techniques d’assistance sont en train d’être développées qui pourraient déboucher sur un processus qui relèverait davantage de la création, non sexuée, au cours duquel la part du hasard serait progressivement atténuée. Dans ce contexte, le concept de famille pourrait être entièrement déconnecté de celui de relation sexuelle ou de couple. Par ailleurs, les choix et la responsabilité des futurs parents et des institutions médicales s’exerceraient dès les premiers instants de la vie embryonnaire, voire même auparavant, au niveau des gamètes.
  • Je n’ai pas le temps d’approfondir davantage ici, mais nous pouvons également parler : d’un bouleversement de notre rapport au travail et à l’Éducation ; d’une évolution du rapport entre les genres ; d’une évolution du rapport aux animaux ; au-delà encore, pour quoi pas de la reconnaissance de certaines IAG comme personnes dignes de droit, ou de la place de futurs cyborgs, ce qui provoquerait un décentrage de l’humain et du biologique comme seul vecteur de pensée consciente digne d’être « sacralisée ».

Se dire que cette liste n’est pas exhaustive donne une idée de l’ampleur du vertige…

Natasha Vita-More (pionnière du mouvement, ndlr) nous a affirmé que le transhumanisme est très peu présent en France, ou alors pour être critiqué, car cette philosophie est assez incompatible avec l’histoire intellectuelle du pays. Êtes-vous d’accord ? Quelle est la place du transhumanisme en France aujourd’hui ?

Le nombre relatif des membres électeurs et les taux de participation aux élections internes de l’association transhumaniste française n’ont aujourd’hui rien a envier à ce qui se passe aux États-Unis. Les deux restent en fait modestes. Ce qui paraît différent, c’est la possibilité d’afficher ouvertement des positions transhumanistes. Si vous vous situez au coeur de la Silicon Valley, cela semble une évidence. Dans les couloirs d’une université française, cela peut sérieusement mettre à mal votre position ou votre carrière. Mais la faute en revient à la présentation caricaturale et fantasmatique du transhumanisme qui est encore trop souvent véhiculée par de nombreux médias et par les critiques « avec vue » qui sont majoritairement des opposants au mouvement.

Mon sentiment est que nous nous trouvons au milieu d’une double contradiction. D’une part nos scientifiques se défendent de s’inscrire dans une logique transhumaniste, mais ils participent à l’élite mondiale de ceux qui développent l’Intelligence Artificielle, la biologie de synthèse, le génie génétique, les prothèses et les implants permettant une interface humain-machine, la robotique, etc. Or, toutes ces technologies renforcent la logique transhumaniste. D’autre part, si le discours médiatique est encore dominé par un courant critique bioconservateur, diverses études sociologiques et enquêtes d’opinion tendent à montrer que la population française serait majoritairement en faveur de plusieurs propositions transhumanistes essentielles. À commencer par l’idée que la médecine ne doit plus seulement réparer mais qu’elle doit aussi aider ceux des bien-portants qui le souhaitent à améliorer leur condition biologique. (Note : Voyez le rapport du CREDOC de 2014 sur les nouvelles technologies, l’enquête de La Croix de 2017, ou celle de OpinionWay pour Swiss Assurances.) Enfin, il me semble que la compréhension réelle et la validation des arguments du transhumanisme sont en progression au sein des cercles dirigeants.

Pour conclure, je rappellerais la théorie de Schopenhauer sur la manière dont nous accueillons les idées émergentes : d’abord on les ignore, ensuite on les combats avec la dernière énergie, enfin on prétend qu’on les a toujours défendues. Et Schopenhauer n’appartient pas à l’histoire intellectuelle française.



ANTICIPATION, LA REVUE. Découvrez notre enquête sur le transhumanisme : « la science va-t-elle modifier l’espèce ? » dans notre numéro 1 disponible en librairies.

Continuer la lecture

à lire en plus

Thomas Turner : l’humanité augmentée à travers le filtre de l’intime

Publié il y a

le

Et si les technologies s’infiltraient jusque dans notre sphère la plus intime pour refaçonner nos corps et nos désirs ? Quel érotisme dans une société transhumaniste ? Voici quelques questionnements qui traversent la collection Meta Humanis du sculpteur Thomas Turner. Rencontre avec cet artiste dont l’œuvre ondoie à la frontière de la chaire et du métal, du technologique et de l’érotique.

Qu’est-ce que Meta-humanis ?

C’est une proposition artistique de ce que pourrait devenir une Humanité, futuriste et technologique, à travers le filtre de l’intime. C’est une recherche « transcendée » qui propose une sensualité mécanisée reprenant une esthétique résolument charnelle. Nous sommes ici entre l’abstraction et l’anthropomorphisme, c’est une frontière passionnante en ce qu’elle a de paradoxale et de dérangeante.

C’est un travail sur l’impudeur et sur l’inavoué. Pour le décrire simplement, je re-design et je stylise des organes (sexuels pour la plupart) en acier inoxydable : des utérus, des vulves, des vagins, des pénis, des coïts et des plaisirs entremêlés !

À travers vos œuvres vous interrogez donc l’évolution future du corps humain ?

De nos corps, mais surtout de nos pulsions. Dans un environnement où la chaire sera immanquablement assistée, chimiquement, génétiquement ou mécaniquement, quels seront les nouveaux critères pour motiver nos désirs ? Seront-ils, eux aussi, « augmentés » ? Ces transformations auront lieu, inévitablement, alors quid de nos fantasmes ? Les sélections amoureuses et charnelles suivront-elles nos évolutions technologiques et esthétiques ?

Nous sommes à l’aube de quelque chose de nouveau qui aura un impact direct sur nos corps… Ce n’est pas seulement une évolution technologique, sociale et politique. C’est à mon sens beaucoup plus intime.

Quelle place pour la technologie dans l’intime ?

De tout temps, le sexe est aux avant-posts des technologies émergentes. Dès son apparition, la photo fut utilisée pour faire des clichés érotiques que l’on se refilait sous le manteau. Idem pour le cinéma dont les premiers consommateurs étaient les clients des maisons closes qui proposaient ce spectacle d’un genre nouveau ! Même chose avec les images en reliefs, la 3D, les réseaux, la réalité virtuelle… Nous voyons apparaître aujourd’hui des sextoys mécanisés ou connectés, des robots sexuels seront à disposition sous peu… Et l’intelligence artificielle est dans les starting-blocks sur le sujet ! Quoiqu’on en pense et en dehors de toute analyse morale de la chose, cela vient indubitablement à nous.

Meta Humanis signifie « Au-delà de l’humain ». Pourquoi avoir décidé de traiter la question du transhumanisme au travers de la question du désir et de l’intime ?

Car le sujet de la sexualité, et particulièrement celui de la jouissance, sera essentiel dans le transhumanisme. Ces questions sont liées de façon très étroites. Nous vivons dans une vertigineuse angoisse de mort. Techniquement, le vivant a trouvé une solution à travers la reproduction, comme la promesse d’une éternité par procuration.

Pour l’humain, spécifiquement, cette « réponse » passe aussi par le désir, la sexualité et la jouissance. C’est une « diversion » très satisfaisante pour la plupart d’entre nous. Le transhumanisme, en se proposant d’allonger et de rendre la vie plus confortable, est une des réponses à cette peur ancestrale et primitive. La question intéressante est de savoir quelle sera notre libido si nous parvenons à devenir des êtres éternels ? Deviendra-t-elle obsolète ? Aurons-nous encore le désir de jouir ?

Une des critiques adressées au transhumanisme est qu’en modifiant nos corps, nous risquons de perdre notre capacité de ressentir. Pensez-vous au contraire que le transhumanisme peut-être érotique et sensuel ?

Non seulement, il le sera, mais en amplifiant nos perceptions, il démultipliera nos désirs et nos fantasmes. Ce sera même sa vocation première et ne pas le comprendre, c’est passer à côté du sujet. Je pense qu’un de ses buts est de nous submerger de toujours plus de plaisirs, d’orgasmes et d’extases, car nous sommes là toujours dans la diversion. Alors bien sûr, les sensations telles qu’on les vit actuellement paraîtront bien fades et très vite sans intérêt. C’est précisément ce qui rendra cette évolution irréversible et notamment au niveau de l’érotisme et du plaisir. D’un autre coté, le mot d’ordre du transhumanisme est « efficacité »… Ce terme est-il compatible avec le sensible ? Aurons-nous des pulsions efficaces ? Une sexualité efficace ? Les peurs qu’engendre le transhumanisme sont tout à fait légitimes.

Même si ce mouvement a pour genèse un élan humaniste, force est de constater que l’homme ne s’est pas toujours servi de ses outils pour le bien collectif… Je suis personnellement assez pessimiste sur l’éthique sociale qui peut en découler, mais réfléchir à cette mutation par le biais de l’érotisme permet d’en garder l’aspect humain, même si ces réflexions se composent en grande partie de paradoxe et d’ironie ! Là en est tout l’intérêt, d’ailleurs…

Quelle serait la place de l’art dans un monde transhumain ?

J’allais répondre exactement la même place qu’il a dans notre monde actuel… mais cette réponse est précipitée et incomplète. Penchons-nous tout d’abord sur la définition de l’Art, telle que présentée dans les dictionnaires. Elle spécifie : « Toutes créations destinées à produire chez l’Homme un état particulier de sensibilité, plus ou moins lié au plaisir esthétique ». Cette définition a le mérite d’être « efficace » pour décrire une chose si abstraite et insaisissable. Elle nous apprend aussi que l’Art est lié à la perception humaine, tout à fait subjectivement. On peut alors légitimement penser que tant qu’il y aura de l’Humain, il y aura de l’Art…

Ensuite, il n’y a pas de question sur l’Art sans question sur l’artiste, et nous touchons là à la problématique de l’intention. On peut se demander si une œuvre peut être créée par autre chose qu’un humain ? Pour moi, il est le reflet de notre regard et c’est en ce sens qu’une machine seule ne pourra jamais créer quoique ce soit d' »artistique ». Je n’y crois pas, et la preuve en est que les nombreuses expériences qui tendent à me contredire ont toute été initiées par des humains ! Il ne faut pas confondre l’inspiration et l’outil (même si ce dernier est autonome). Une intelligence artificielle peut copier, faire du « à façon », créer de l’aléatoire, mais quelqu’un lui a demander de le faire. Et cela change tout. Elle ne sera jamais d’elle-même passionnée, obsédée, dérangée, frustrée, angoissée, jalouse… Bref, subjective.

Une machine destinée à assembler une auto ne pourra pas « décider » de tout plaquer pour se mettre à peindre ou à écrire une symphonie ?! La machine tend à la perfection et donc à la stabilité… Tout le contraire, à mon avis, de l’humain. Rappelons-nous alors ces mots empruntés aux surréalistes à propos de leur mouvement et qui résume bien la profondeur des abysses de l’âme humaine : « L’art doit être une création libérée du contrôle de la raison, un automatisme psychique pur »… La raison étant la seule chose pouvant émaner de la machine et le psychisme étant la chose dont l’absence la définit le mieux.

Continuer la lecture

Réseaux sociaux

     
 

LE NUMÉRO 1 DE LA REVUE EST DISPONIBLE

Interviews en +

Chroniques à lire en +

En ce moment